Brother DCP-j125 et Archlinux

dcpj125Si vous possédez un Brother DCP-j125, multifonction jet d’encre, vous avez peut-être rencontré des difficultés pour le faire fonctionner sous archlinux ou autres distributions basées sur arch.

Pour la partie imprimante, il suffit de procéder comme ceci :

1/Ajouter l’utilisateur dans les groupes lp et lpadmin avec ces commandes, dans le terminal :

gpasswd -a utilisateur lp

gpasswd -a utilisateur lpadmin

2/Installer le pilote :

yaourt -S brother-dcpj125

3/Installer une dépendance indispenable (vérifier que le dépôt multilib est activé dans le fichier pacman.conf en enlevant le # devant les deux lignes correspondantes  :

yaourt -S lib32-libcups

4/Envoyer les fichiers au bon endroit :

Aller dans le dossier /opt/brother/Printers/dcpj125/cupswrapper/

Et si l’environnement de bureau (xfce, gnome, etc…) le permet, effectuer un clic droit et « ouvrir un terminal à cet endroit ».

Ne reste plus qu’à passer en mode root (administrateur) en tapant su puis sur la touche « entrée),  renseigner le mot de passe associé au compte root et terminer par cette commande :

bash cupswrapperdcpj125

Passons maintenant au scanner :

1/La première chose à faire est d’ajouter l’utilisateur dans le groupe scanner :

gpasswd -a utilisateur scanner

2/Installer xsane :

yaourt -s xsane

3/Installer brscan3 :

yaourt -S brscan3

4/Eviter le problème de permission au démarrage d’xsane :

Connecter l’appareil sur un port usb et le mettre sous tension. Puis ouvrir un terminal et taper cette commande :

lsusb

Noter les deux séries de trois chiffres présentes sur la ligne faisant référence à l’appareil.

Taper cette commande :

chmod a+w /dev/bus/usb/première série de trois chiffres/deuxième série de trois chiffres

Une fois toutes ces étapes validées, votre Brother dcp-j125 fonctionnera.

Si vous avez des remarques à formuler ou des d’éventuels oublis à signaler, n’hésitez pas.

Campagne Ulule pour un ouvrage de l’artiste chinois Pocket Chocolate

Aujourd’hui, quelques lignes pour partager un coup de coeur. Il s’agit d’une campagne ulule des éditions Kotoji, dont l’objectif est l’édition d’un ouvrage de l’artiste chinois Gong Yijian, dont le pseudonyme est Pocket Chocolate.  Le titre du livre est « Une nuit calme et paisible ».

Si vous souhaitez avoir un aperçu du talent du bonhomme, c’est par ici.
Et pour participer à l’aventure, il suffit de cliquer ci-dessous :

Est-ce que les éditeurs nous prennent pour des cons, surtout les personnes qui préfèrent le format bluray ?

Après une longue période sans activité sur ce blog, un gros coup de gueule à l’attention des éditeurs de dvds et blurays.

Certains éditeurs ont la fâcheuse tendance à utiliser le terme « collector » pour des éditions qui n’ont rien de collector, à savoir les « combos bluray/dvd ». Je ne sais pas ce qu’il en est en ce qui vous concerne. Mais lorsque je recherche un film asiatique ou une série animée asiatique en blluray, quel est l’intérêt d’avoir la version dvd ? Je considère cette pratique comme de la vente forcée, au même titre que la vente de logiciels non désirés avec un ordinateur (licence windows et autres saloperies préinstallées en usine).

Le terme « collector » est complètement galvaudé de par son utilisation à tort et à travers, dans un but purement marketing qui n’est pas adapté aux produits visés. Un exemple : les deux éditions (collectors d’après l’éditeur mais qui ne le sont pour moi) de la série diffusée sur feu LA CINQ sous le titre « Nadia et le secret de l’eau bleue ». Il y a un coffret qui contient uniquement la version dvd. Mais si vous voulez découvrir ou redécouvrir cette superbe série animée en haute définition, vous devez payer pour les blurays et les dvds.

Et le tube de vaseline ?

Avec de telles pratiques, rien de surprenant qu’une partie de la population hexagonale préfère télécharger illégalement.

Qu’en pensez-vous ?

Une petite émission intéressante

Une petite émission datée du 13 octobre 2015, avec Marion Kaplan comme invitée :

Je ne connais pas cette radio. Je suis tombé sur cette émission en cherchant des podcasts dans lesquels a été invitée Marion Kaplan. Je vous laisse forger votre propre opinion via l’écoute du podcast.

N’hésitez pas à partager votre avis via les commentaires.

Une vidéo qui ne m’a pas laissé indifférent

Depuis la fin de l’année 2015, je me pose de plus en plus de questions et j’ai tendance à me renseigner plus rigoureusement sur ce que je mange. C’est lors d’une recherche sur youtube que je suis tombé sur cette vidéo :


Et cela montre encore une fois qu’une partie de l’espèce humaine se croit supérieure aux autres (ici animales), la plus intelligente pour un seul prétexte : l’argent. Sans argent, ces pratiques auraient un intérêt moindre.

Autre point important, qui prouve que tout est fait pour nous conditionner depuis notre plus jeune âge. On nous rabâche de puis notre enfance que la consommation de produits laitiers est indispensable. Pourtant, comme le précise Gary Yourofsky, l’espèce humaine est la seule qui consomme du lait une fois passé le sevrage.  Il y a donc quelque chose qui ne va pas  dans notre façon de nous alimenter.

La recrudescence de nombreuses pathologies n’est pas un hasard. Cela n’est pas uniquement du à l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons.

DUKE NUKEM premier du nom

Un peu de nostalgie pour celles et ceux qui ont connu la grande époque des jeux développés pour msdos.  Parmi cette majestueuse ludothèque, se trouve un titre que j’affectionne et qui a pour titre Duke Nukem. Ce jeu, développé par Apogee Software, est sorti en 1991.

Il s’agit d’un jeu de plates-formes, divisé en trois environnements, chacun renfermant environ une dizaine de niveaux et dont l’ennemi final est  toujours Proton.

Premier monde : Shrapnel City

Lors du démarrage de chaque monde, on peut remarquer qu’il est indiqué Duke Nukum et non Duke Nukem.

Deuxième monde :  Mission Moonbase

Pour pouvoir y jouer, il est nécessaire de procéder à l’installation de dosbox. Et pour lancer chaque fichier .exe, il suffit d’effectuer un clic droit de la souris pour les fichiers qui portent les noms DN1.exe, DN2.exe et DN3.exe et de choisir « ouvrir avec dosbox » (pas testé sous windows, peu importe la version).

Troisième monde :  Trapped In The Future

Le succès fut tel qu’une suite du nom de Duke Nukem 2 a vu le jour peu de temps après. Et Duke Nukem 3d conforta l’aura de cette licence. Malheureusement, Duke Nukem Forever causa un fort désintérêt pour ce personnage majeur du jeu vidéo.

Les vidéos ne sont pas de moi, n’ayant pas de compte google ni de compte dailymotion.

QShnTool Split

Comme je suis un grand collectionneur de cds audios et que j’encode mes achats au fur et à mesure, il peut arriver qu’un logiciel d’extraction et d’encodage de cds audios soit paramétré par défaut pour créer un seul fichier qui contient toutes les pistes au lieu d’un par morceau. Et cela s’accompagne souvent d’un fichier .cue, ajouté dans le même dossier que celui où a été sauvegardé le fichier sonore.  En ce qui me concerne, il s’agit du format FLAC.

C’est à ce moment que QShnTool Split entre en scène.

Il suffit de sélectionner le fichier .cue et d’aller dans le menu « File/Fichier » et de cliquer sur « Start Process/Démarrer le processus ».

Il fait très bien son boulot. Par contre, les morceaux extraits à l’aide du fichier .cue n’ont pas les noms des chansons. Il est donc nécessaire de les renommer.

Il n’est bien évidemment pas limité au format FLAC.

Uniquement testé sous archlinux en l’installant via la commande suivante :

yaourt -S qshntoolsplit

Il est disponible sur le dépôt communautaire d’archlinux : AUR

Pour récupérer l’archive qui contient les sources,Télécharger l’archive

Source de l’image : lien ci-dessus.

Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les indiquer via les commentaires.

Audex, meilleur logiciel d’encodage de cds audios ?

Quoi, un logiciel pour encoder des cds audios ? Et oui, il y a encore des personnes qui collectionnent et écoutent des cds audios et qui ne voient aucun intérêt en itunes, Deezer, Spotify, etc… C’est mon cas.

L’intérêt de posséder les versions cd : avoir la liberté de choisir le format dans lequel on souhaite avoir une réplique numérique de nos albums favoris.

Et comme je privilégie le format FLAC, j’ai une préférence pour le logiciel libre Audex.

Fenètre principale d’Audex. (Source : https://userbase.kde.org)

Ce n’est pas le plus rapide. Mais c’est celui qui se débrouille mieux que ses concurrents en ce qui concerne la conversion dans ce format de fichiers audios.

COMMENT PROGRAMMER UN PICAXE AVEC DEBIAN JESSIE ?

 

http://www.robotmesh.com/media/catalog/product/cache/1/image/1280x/040ec09b1e35df139433887a97daa66f/a/x/axe027.jpg
COMMENT PROGRAMMER UN PICAXE AVEC DEBIAN JESSIE.
=================================================

Tout d’abord, je tiens à préciser que je ne suis pas un guru de linux ni un super-héros du picaxe. Ce qui suit est un gloubi-boulga de bouts de tutoriaux ramassés sur le net afin de pouvoir programmer un picaxe à partir de Debian Jessie.

Pour faire marcher LinAXEpad, suivez les instructions ici: http://www.picaxeforum.co.uk/showthread.php?26649-how-i-got-Linaxepad-to-work-in-ubuntu-14-04

Voici la méthode pour utiliser le cable usb et la ligne de commande.

Le Cable USB axe027
================

Autant se mettre en root dès le départ.

Dans le terminale, tapez:

su

Donner le mot de pass pour root.

Branchez votre cable axe027

Tapez:

lsusb

Si votre cable apparaît dans la liste (la ligne qui contient “Future Technology”), tout va bien.

Pour voir les groups déja créés, tapez:

groups

si le group dialout éxiste déja, tant mieux. Sinon, tapez:

groupadd dialout

Vérifiez:

groups

Pour voir si vous appartenez au group dialout, tapez:

groups <votre nom d’utilisateur>

si dialout n’apparaît pas dans la liste, tapez:

gpasswd -a <votre nom d’utilisateur> dialout

Vérifiez:

groups <votre nom d’utilisateur>

Vous aurez besoin du module ftdi_sio. Tapez:

lsmod | grep ftdio_sio

si cela ne donne rien, il faut charger le module, de préférence à chaque boot. Créez le fichier  /etc/modules/modules.conf si il n’éxiste pas déja et ajouter la ligne: ftdi_sio

Ajoutez la même ligne dans /etc/modules

Créez le fichier /etc/init.d/picaxe qui contient les lignes suivantes:

#! /bin/sh
# /etc/init.d/picaxe

echo “0403 bd90” | tee /sys/bus/usb-serial/drivers/ftdi_sio/new_id

exit 0

Enregistrez le fichier

En changez les attributs:

chmod 755 /etc/init.d/picaxe

Pour que le système en tient compte au prochain boot:

update-rc.d picaxe defaults

Créez le fichier /etc/udev/rules.d/99-axe027.rules qui contiendra la ligne:

ACTION=add,SYSFS{idVendor}==“0403”,SYSFS{idProduct}==“bd90”,RUN+=/sbin/modprobe

Ajoutez au fichier /lib/udev/rules.d/40-usb_modeswitch.rules la ligne:

ATTR{idVendor}==“0403”, ATTR{idProduct}==“bd90”, RUN+=“usb_modeswitch ‘%b/%k’”

Si vous avez branché votre cable picaxe, débranchez-le et rebootez votre ordi.

Si vous avez des messages d’erreur, vérifiez qu’il n’y a pas de fautes de frappe dans les fichiers que vous avez modifié et rebootez.

Dans la terminale, toujours, tapez:

ls /dev | grep tty*

le dernier fichier  dans la liste serait quelque chose comme “ttyS3”

Branchez le cable usb et retapez:

ls /dev | grep tty*

Si le dernier fichier listé est maintenant “ttyUSB0” c’est gagné! Sinon, vérifiez que vous n’avez pas fait de fautes de frappe dans ce qui précède.

 La Ligne de commande
=================

Vérifiez que le compilateur pour votre picaxe (dans le répertoire compiler_linux) est executable (clic droit propriétés)

En tant que utilisateur normale (vous n’avez pas besoin d’être « root »):

Créez un fichier vide et enregistrez-le avec le nom « stop.bas » (à utiliser pour arrêter vos programmes et vider la mémoire de votre picaxe)

Brancher votre cable, alimentez votre picaxe, compilez et téléchargez stop.bas:

kl@debian:~$ ./<votre_chemin>/<votre picaxe compilateur> -c/dev/ttyUSB0 <chemin où vous sauvez vos programmes>/stop.bas

Par exemple:

kl@debian:~$ ./linaxepad/compiler_linux/picaxe20x2 -c/dev/ttyUSB0 ~/linaxepad/PicaxeProgs/p2.bas

C’est un peu longue comme ligne de commande mais vous n’aurez à la taper en entier qu’une suele fois; après, vous ne changerez que le nom du fichier.bas.

S’il n’y a pas de message d’erreur, c’est fini!

RECETTE DU GLOUBI-BOULGA
=========================

http://www.picaxeforum.co.uk/showthread.php?26649-how-i-got-Linaxepad-to-work-in-ubuntu-14-04
http://www.debian-administration.org/article/28/Making_scripts_run_at_boot_time_with_Debian
/axepad/compiler_linux/readme.txt
/axepad/datasheets/axe027.pdf
beta_compiler.pdf
beta_kate.pdf
et ceux que j’ai oublié, notamment celui qui a fourni cette commande: echo “0403 bd90” | tee /sys/bus/usb-serial/drivers/ftdi_sio/new_id

Merci à Greg pour l’hébergement.

BROTHER DCP-7040 et Archlinux

Privilégier une distribution GNU/Linux peut nécessiter un peu de temps pour pouvoir utiliser un multifinction laser monochrome Brother.

Brother propose des paquets .deb et .rpm, ce qui facilite la procédure sur les Debian, Fedora, Ubuntu, CentOs, etc… Mais avec archlinux, la fonction imprimante fonctionne sans problème en tapant cette commande avant d’ajouter la bestiole dans le gestionnaire d’impression :

yaourt -S brother-dcp7040

Pour la fonction scanner, la commande suivante rapporte une erreur :

yaourt -S brscan3

Le message d’erreur indique que la version disponible sur le site Brother est différente de celle recherchée par le pkgbuild.

J’ai donc opté pour une installation de dpkg via : yaourt -S dpkg

J’ai téléchargé le .deb de brscan3 disponible sur la page du DCP7040 sur le site de Brother. Et en effectuant la commande ci-dessous, j’ai réussi à installer brscan3.

sudo dpkg -i nom du paquet .deb

Si vous avez un problème de permissions et que xsane n’arrive pas à accéder au scanner autrement qu’en mode root/super utilisateur, il suffit de taper ceci en tant que root :

chmod a+w /dev/bus/usb/première série de trois chiffres/deuxième série de trois chiffres

Les deux séries de trois chiffres peuvent être obtenues via un petit « lsusb ».

Si ces quelques lignes s’avèrent utiles pour d’autres utilisatrices/teurs d’Archlinux et qui possèdent ce modèle ou un du même genre de cette marque, j’en serai ravi.